Vivre avec la maladie de Gaucher
Des conseils et des informations pratiques pour vous et votre entourage au quotidien

Quels sont les symptômes de ma maladie ?

Quels sont les signes de la maladie de Gaucher de type 1 chez l’adulte (Figure 1) ?

Figure 1 : Les atteintes de la 59ec87e1620a8 de type 1 chez l’adulte(5, 8, 18, 19).

Figure 1 : Les atteintes de la maladie de Gaucher de type 1 chez l’adulte(5, 8, 18, 19).

1. Thrombopénie et anémie

Thrombopénie (ou thrombocytopénie)

1470406869thrombopenie.pngLes plaquettes sont des cellules sanguines sans noyau, qui jouent un rôle important dans la coagulation et la thrombose(20).

La coagulation est une transformation du sang liquide en gel semi-solide. En entraînant la formation d’un caillot, la coagulation permet que le saignement consécutif à une blessure soit endigué(21).

La thrombose est un phénomène pathologique consistant en la formation d’un caillot sanguin dans une artère ou dans une veine(22).

Le nombre de plaquettes est normalement compris entre 150 000 et 450 000 par millimètre cube (mm3) de sang. Elles proviennent de la fragmentation du cytoplasme de grandes cellules de la moelle osseuse, les mégacaryocytes. Leur longévité dans le sang est de 7 à 10 jours(20). Une thrombopénie (ou thrombocytopénie) se caractérise par un taux anormalement faible de plaquettes dans le sang(23).

Dans la maladie de Gaucher, la thrombopénie est l’anomalie hématologique la plus fréquente, en général modérée (entre 50 000 et 100 000/mm3 dans le sang)(5). Une thrombopénie modérée à sévère (plaquettes < 120 000/mm3 dans le sang) est observée chez 59% des patients atteints de la maladie de Gaucher, au moment du diagnostic(12). La thrombopénie semble résulter à la fois de l’hypersplénisme (suractivation de la rate) et de l’infiltration de la moelle osseuse par les cellules de Gaucher(24).

Si un patient atteint de la maladie de Gaucher a une thrombopénie sévère, il possède un risque accru de saignement. Cependant, on observe que la tendance hémorragique n’est pas proportionnelle à la baisse des plaquettes, suggérant des anomalies simultanées de la fonction plaquettaire et des facteurs de coagulation(24).

Anémie

1470406899anemie.jpgLes globules rouges (ou hématies) jouent un rôle fondamental dans la respiration en assurant le transport des gaz respiratoires (oxygène et dioxyde de carbone) entre les poumons et les tissus, grâce à l’hémoglobine qu’elles renferment(25). Les valeurs normales du taux d’hémoglobine varient avec l’âge et le sexe(26).

L’anémie se caractérise par la diminution du taux d’hémoglobine. On parle d’anémie, si ce taux est inférieur à 13 grammes/décilitre chez l’homme et à 12 grammes/décilitre chez la femme(26).

Le symptôme le plus visible de l’anémie est la pâleur de la peau (paume des mains) et des muqueuses (muqueuse de la bouche). L’autre symptôme majeur est la fatigue (asthénie), qui survient à l’effort lorsque l’anémie est modérée, aussi au repos lorsqu’elle est plus sévère(26).

Dans la maladie de Gaucher, l’anémie est rarement sévère(5). Une anémie est observée chez 34% des patients atteints de la maladie de Gaucher de type 1 au moment du diagnostic(12).

L’anémie, comme la thrombopénie, résulterait à la fois de l’hypersplénisme (suractivation de la rate) et de l’infiltration de la moelle osseuse par les cellules de Gaucher(24).

2. Splénomégalie et hépatomégalie

1470406911splenomegalie.jpgLa Splénomégalie est une augmentation du volume de la rate(27).

La rate est un organe lymphoïde qui a une fonction importante dans l’immunité, comparable à celui des ganglions lymphatiques, en participant à la lutte contre les infections par la production de lymphocytes, d’anticorps et de phagocytes. La rate joue aussi un rôle dans la maturation des globules rouges (élimination des restes de noyaux, par exemple) ainsi que, éventuellement, dans leur élimination(28).

Une Splénomégalie modérée à sévère (volume 5 fois supérieur au volume normal de la rate) est présente chez 85% des patients atteints de la maladie de Gaucher de type 1, au moment du diagnostic(12).

Dans la maladie de Gaucher, la Splénomégalie est due à l’infiltration de la rate par les cellules de Gaucher(5). La taille de la rate peut varier de 5 à plus de 20 fois la taille normale et ainsi déformer l’abdomen(5).

Cette Splénomégalie entraîne un hypersplénisme (suractivation de la rate), ainsi qu’une distension abdominale douloureuse qui a pour conséquence de comprimer les autres organes et gêner la respiration(5).

Hépatomégalie

1470406921hepatomegalie.jpgL’hépatomégalie est une augmentation du volume du foie(29).

Le foie est un organe qui joue un rôle dans la transformation de substances chimiques provenant de l’artère hépatique et de la veine porte. Le foie rejette ces substances ainsi transformées soit dans la bile (leur permettant ainsi de rejoindre la vésicule biliaire puis l’intestin), soit dans les veines sus-hépatiques (leur permettant ainsi de rejoindre la veine cave puis l’ensemble de la circulation sanguine).

Le foie a aussi une fonction glycogénique, laquelle consiste, en cas de déficit en glucose, à stocker le glucose sous forme de glycogène. Ainsi, le foie maintient constante la glycémie (taux sanguin de glucose) en libérant ou en stockant du glucose. Ce fonctionnement s’applique à des glucides, à des lipides et aussi à des protéines (le foie synthétise en particulier plusieurs facteurs de la coagulation)(30).

Une hépatomégalie modérée à sévère (volume 1,25 fois supérieur au volume normal du foie) est observée chez 63% des patients atteints de la maladie de Gaucher de type 1, au moment du diagnostic(12).

Dans la maladie de Gaucher, l’hépatomégalie est due à l’infiltration du foie par les cellules de Gaucher(5). La taille du foie peut augmenter 2 à 4 fois la normale(5).

L’hépatomégalie, comme la Splénomégalie, entraîne parfois une distension abdominale douloureuse qui peut comprimer les autres organes et gêner la respiration (5).

L’évolution vers la fibrose, augmentation pathologique du tissu conjonctif d’un organe(31), puis la cirrhose, maladie chronique du foie caractérisée par une réorganisation tissulaire et une altération cellulaire(32), est rare(14).

3. Atteintes osseuses et articulaires

1470406931maladie-gaucher-atteinte-osseuse.jpgDes atteintes osseuses, visibles à la radiologie, sont observées chez 82% des patients atteints de la maladie de Gaucher de type 1 au moment du diagnostic(12).

La physiopathologie de l’atteinte osseuse de la maladie de Gaucher associe :

  • Une infiltration progressive de la moelle osseuse par les cellules de Gaucher provoquant une expansion volumique médullaire (augmentation du volume de la moelle osseuse)(33) ;
  • Une augmentation de la pression intramédullaire à l’origine de douleurs et d’amincissement des corticales (la partie compact de l’os)(33) ;
  • Des hémorragies sous-chondrales (région osseuse située sous le cartilage articulaire) liées aux anomalies de coagulation(33).

L’infiltration médullaire par les cellules de Gaucher (Figure 1) serait mécaniquement à l’origine de phénomènes ischémiques (diminution ou arrêt de la circulation artérielle dans une région plus ou moins étendue d’un organe ou d’un tissu) locaux avec foyers de nécrose (mort d’une cellule ou d’un tissu organique) suivis de leur sclérose (zones anormalement dures) cicatricielle(33).

Les conséquences radiologiques sont :

  • L’aspect en flacon d’erlenmeyer (Figure 2) (nom d’un instrument en verre utilisé en chimie) que l’on peut observer au niveau de l’extrémité inférieure du fémur(33) ;
  • Des condensations en volutes de fumée au niveau des diaphyses (la partie centrale des os longs)(33) ;
  • Un amincissement des corticales osseuses (Figure 3)(33) ;
  • Une ostéopénie voire une ostéoporose (fragilité excessive du squelette, due à une diminution de la masse osseuse et à l’altération de la micro-architecture osseuse)(33) ;
  • L’ostéopénie est un facteur de risque d’apparition de fractures (Figure 4), notamment au niveau du fémur et de la colonne vertébrale(34).

Les atteintes osseuses cliniques, au moment du diagnostic, sont :

  • 34% des patients présentent des douleurs osseuses(12) ;
  • 8% des patients présentent des crises osseuses(12) ;
  • 16% des patients présentent une ostéonécrose et 23% des infarctus osseux(12) ;
  • 52% des patients présentent une ostéopénie(12) ;
  • 59% des patients présentent un aspect en flacon d’erlenmeyer(12) ;
  • 81% des patients présentent une infiltration de cellules de Gaucher dans la moelle osseuse(12) ;
  • 7% des patients présentent des fractures pathologiques(12).

Les crises osseuses sont des douleurs osseuses aiguës, brutales et accompagnées de fièvre. Elles correspondent le plus souvent à un infarctus osseux ou à une ostéonécrose, parfois à une fracture(35).

Les atteintes osseuses de la maladie de Gaucher peuvent être à l’origine d’arthrose, particulièrement de la hanche et du fémur pouvant nécessiter la mise en place de prothèse(33). Les complications ostéoarticulaires de la maladie de Gaucher de type 1 constituent une cause importante de morbidité et d’altération de la qualité de vie. Elles sont aiguës ou insidieuses et chroniques, parfois révélatrices. Elles ne sont pas toujours corrélées à la sévérité hématologique (anémie, thrombopénie) ou à l’organomégalie (Splénomégalie, hépatomégalie)(33).

Figure 1 : Infiltration médullaire vue sur une IRM de fémur de patient atteint de la 59ec87e1620a8(36)

Figure 1 : Infiltration médullaire vue sur une IRM de fémur de patient atteint de la maladie de Gaucher(36)

Figure 2 : Déformation du fémur en flacon d'Erlenmeyer vue en radiologie chez un patient atteint de la 59ec87e1620a8(36).

Figure 2 : Déformation du fémur en flacon d’Erlenmeyer vue en radiologie chez un patient atteint de la maladie de Gaucher(36).

Figure 3 : Amincissement cortical au niveau du fémur vu en radiologie chez un patient atteint de la 59ec87e1620a8 - 59ec87e1620a8

Figure 3 : Amincissement cortical au niveau du fémur vu en radiologie chez un patient atteint de la maladie de Gauchermaladie de Gaucher

Figure 4 : Fracture d’une vertèbre comprimant la moelle épinière sur une IRM de patient atteint de la 59ec87e1620a8 - 59ec87e1620a8(37).

Figure 4 : Fracture d’une vertèbre comprimant la moelle épinière sur une IRM de patient atteint de la maladie de Gauchermaladie de Gaucher(37).

4. Autres symptômes

  • Une distension abdominale pouvant être douloureuse et gêner la respiration(5) ;
  • Une asthénie (fatigue) fréquente, susceptible de retentir sur la vie scolaire et socioprofessionnelle(8) ;
  • Un sentiment de satiété (rassasié)(19).

D’autres atteintes rares peuvent exister :

  • Une atteinte pulmonaire qui peut résulter de différents mécanismes(5, 13) :
    • Infiltration de cellules de Gaucher dans les poumons ;
    • Déformation de la colonne vertébrale (rachis) qui entraîne une diminution de la capacité pulmonaire totale (Syndrome restrictif);
    • Augmentation de la pression sanguine dans l’artère pulmonaire (HyperTension Artérielle Pulmonaire ou HTAP) due à la fibrose hépatique (syndrome hépato-pulmonaire).
  • Une atteinte rénale qui se manifeste par une protéinurie (présence de protéines dans les urines) et une hématurie (présence de sang dans les urines)(5) ;
  • Une atteinte cutanée qui se manifeste par une pigmentation jaune brun de la peau prédominant sur le visage et la face antérieure des jambes(5) ;
  • Une atteinte cardiaque exceptionnelle, due à une infiltration par les cellules de Gaucher dans le muscle cardiaque (myocarde) ou l’enveloppe du cœur (péricarde) entraînant une inflammation. Les manifestations sont fatigue, douleurs du thorax, fièvre, baisse de la tension artérielle, dérèglement du rythme cardiaque(13) ;
  • Une prédisposition à un type de cancer particulier(13).

Les signes de la maladie de Gaucher de type 1 chez l’enfant sont décrits dans la rubrique  » Mon enfant « .

Ma maladie peut-elle évoluer ?

La maladie de Gaucher est une maladie progressive, multisystémique, hétérogène (d’expression clinique variable) et potentiellement invalidante(5), en particulier chez l’enfant(38).

La maladie de Gaucher évolue différemment selon le type de la maladie :

  • La maladie de Gaucher de type 1 a une présentation clinique et une évolution très variable d’un patient à l’autre y compris dans une même fratrie. De même, l’âge d’apparition des symptômes est très hétérogène(5, 17) ;
  • La maladie de Gaucher de type 2 est la forme la plus sévère et la plus rare. Elle se manifeste par des signes neurologiques d’apparition précoce et d’évolution très rapide apparaissant le plus souvent avant l’âge de 6 mois(5) ;
  • La maladie de Gaucher de type 3 se manifeste par une atteinte neurologique d’apparition plus tardive et d’évolution plus progressive que dans le type 2(5).

Certaines complications de la maladie de Gaucher peuvent entraîner des lésions irréversibles : Splénomégalie fibreuse, arthrose secondaire, ostéonécrose, déformations, fibrose hépatique, fibrose pulmonaire(8).

Sa prise en charge nécessite une évaluation multidisciplinaire adaptée à chaque patient et coordonnée par un médecin hospitalier(8).
Pour en savoir plus :  » Ma prise en charge  »

Références

  1. Gaucher, Philippe-Charles-Ernest. De l’épithélioma primitive de la rate : Hypertrophie idiopathique de la rate sans leucémie. Thèse de doctorat en médecine. Paris : Faculté de médecine, 1882, 31p.
  2. Encyclopédie Larousse en ligne – maladie lysosomale ou maladie lysosomiale.
  3. Encyclopaedia Universalis – lysosome.
  4. A. Ballabio, V. Gieselmann. Lysosomal disorders: From storage to cellular damage. Biochimica et Biophysica Acta. 2009;1793:684–696.
  5. Belmatoug et al. La maladie de Gaucher. Journal de la Société de Biologie. 2002;196(2):141-149.
  6. Encyclopédie Larousse en ligne – gène.
  7. Beutler et al. A Chimeric Mouse Model of Gaucher Disease. Molecular Medicine. May 2002;Volume 8;Number 5.
  8. Protocole National de Diagnostic et de Soins de la maladie de Gaucher. HAS 2015. www.has-sante.fr. Consulté le : 16 juin 2016.
  9. Encyclopédie Larousse en ligne – asymptomatique.
  10. Encyclopédie Larousse en ligne – létales.
  11. Encyclopédie Larousse en ligne – in utéro.
  12. Gaucher Registry Annual Report 2009.
  13. Belmatoug. La maladie de Gaucher. Encyclopédie Orphanet grand public. Juin 2010. www.orpha.net.
  14. Stirnemann et al. La maladie de Gaucher. Encyclopédie Orphanet. Décembre 2004. www.orpha.net.
  15. Stirnemann et al. maladie de Gaucher. La Revue du Praticien. Février 2011;Vol.61.
  16. Stirnemann et al. The French Gaucher’s disease registry: clinical characteristics, complications and treatment of 562 patients. Orphanet Journal of Rare Diseases. 2012;7:77 www.ojrd.com.
  17. Stirnemann et al. Organisation de la prise en charge de la maladie de Gaucher en France. La revue de médecine interne. 2007;28;S198–S201.
  18. Stirnemann. Nouveauté sur la maladie de Gaucher. La Revue de médecine. 2008;29:176-178.
  19. Elstein et al. Organ Volume by Computed Tomography Correlates with Longitudinal Axis on Ultrasound in Patients With Gaucher Disease. Ultrasound Quarterly. December 2011;Volume 27:Number 4.
  20. Encyclopédie Larousse en ligne – plaquettes.
  21. Encyclopédie Larousse en ligne – coagulation.
  22. Encyclopédie Larousse en ligne – thrombose.
  23. Encyclopédie Larousse en ligne – thrombocytopénie.
  24. Hughes et al. Haematological manifestations and complications of Gaucher disease. Curr Opin Hematol. 2013;20:41-47.
  25. Encyclopédie Larousse en ligne – hématies.
  26. Encyclopédie Larousse en ligne – anémie.
  27. Encyclopédie Larousse en ligne – Splénomégalie
  28. Encyclopédie Larousse en ligne – rate.
  29. Encyclopédie Larousse en ligne – hépatomégalie.
  30. Encyclopédie Larousse en ligne – foie.
  31. Encyclopédie Larousse en ligne – fibrose.
  32. Encyclopédie Larousse en ligne – cirrhose.
  33. Javier et al. Atteintes ostéoarticulaires de la maladie de Gaucher chez l’adulte : de la physiopathologie au traitement. Presse Med. 2007;36:1971-84.
  34. Kahn et al. Risk Factors for Fractures and Avascular Osteonecrosis in Type 1 Gaucher Disease: A Study From the International Collaborative Gaucher Group (ICGG) Gaucher Registry. Journal of Bone and Mineral Research. August 2012;Vol.27,No.8:pp 1839–1848.
  35. Lavigne et al. Les manifestations osseuses de la maladie de Gaucher. Réalités en rhumatologie 26 Mai 2010.
  36. Robert Katz et al. Radiological aspects of Gaucher disease. Skeletal Radiol (2011);40:1505–151.
  37. Wenstrup et al. Skeletal aspects of Gaucher disease: a review. The British Journal of Radiology, 2002;75 (Suppl. 1).
  38. Kaplan et al. The clinical and demographic characteristics of nonneuronopathic gaucher disease in 887 children at diagnosis. Arch Pediatr Adolesc Med. 2006;160:603-608.
  39. Encyclopédie Larousse en ligne – myélogramme.
  40. Petrover et al. Imagerie et suivi de l’atteinte osseuse dans la maladie de Gaucher de type 1. Presse Med 2009;38:2S32-2S37.
  41. Siebert et al. Novel mutations in the glucocerebrosidase Gene of brazilian patients with Gaucher disease. JIMD reports. 2012;DOI 10.1007/8904_2012_174.
  42. Encyclopédie Larousse en ligne – chromosome.
  43. Encyclopédie Larousse en ligne – hérédité.
  44. Encyclopédie Larousse en ligne – mutation.
  45. Cox et al. Management of non-neuronopathic Gaucher diseasewith special reference to pregnancy, splenectomy, bisphosphonate therapy, use of biomarkers and bone disease monitoring. J Inherit Metab Dis. 2008;DOI 10.1007/s10545-008-0779-z.