L’imagerie de la rate et du foie dans le suivi de la maladie de Gaucher, qu’est-ce que c’est ?

94
Imagerie de la rate et du foie

Dans la maladie de Gaucher, il est très fréquent de retrouver, parmi les principaux symptômes, une splénomégalie (à savoir, une augmentation du volume de la rate) ainsi qu’une hépatomégalie (augmentation du volume du foie). Ces deux atteintes sont dues à l’infiltration de ces organes par les cellules de Gaucher. Ces deux phénomènes peuvent entraîner, à terme, une augmentation du volume abdominal douloureuse pouvant comprimer les autres organes et gêner la respiration.1

Le suivi de la maladie est donc d’une importance capitale, tant pour les patients traités que non traités, car il a pour but de suivre l’évolution de la maladie ainsi que d’évaluer la réponse au traitement.2

Parmi les différents examens recommandés dans le suivi de la maladie de Gaucher, l’imagerie (échographie et/ou IRM abdominale) de la rate et du foie est l’un des plus importants.
Quel est son véritable intérêt ? Comment cet examen est-il réalisé ?

Quel est son véritable intérêt ?

L’imagerie de la rate et du foie permet de mesurer et suivre l’évolution des dimensions et de la morphologie de ces deux organes.1

Comment cet examen est-il réalisé ?

Cet examen peut être réalisé par l’intermédiaire de différents procédés :

L’échographie

Echographie Maladie de GaucherPermet de visualiser à l’aide d’ultrasons, la taille et la structure des organes. Elle est indolore et ne présente aucun danger (même pour la femme enceinte ou chez l’enfant) c’est pourquoi c’est un examen fréquemment utilisé dans le suivi des paramètres viscéraux.1

 

 – L’IRM (imagerie par résonnance magnétique)

IRM d'un patientUtilise un champ magnétique afin d’obtenir une image en trois dimensions de l’intérieur du corps. Le patient, couché sur un lit, va entrer dans un tunnel à l’intérieur duquel seront générées des ondes électromagnétiques qui permettront d’obtenir une image détaillée de l’intérieur de l’organisme. Il s’agit de la technique la plus précise mais elle est plus compliquée à mettre en place et est plutôt adaptée à l’imagerie osseuse.1,3

Le scanner (ou tomodensitométrie)

Le scanner pour suivre la maladie de GaucherFonctionne avec des rayons X et permet de visualiser les organes avec précision. Il est cependant moins utilisé que les deux précédents dans la maladie de Gaucher car il entraîne une irradiation non négligeable chez des patients qui vont avoir de nombreux examens pour le suivi de la maladie.1

Le suivi de la maladie est important et la fréquence des examens diffère pour chaque patient.
Celui-ci est sous la coordination de votre médecin spécialiste référent, parlez-en avec lui ! 1,4

Se remémorer ce que sont ces deux organes clés dans la maladie de Gaucher avec la collection « mon corps et moi » portant sur la rate et le foie.


Encyclopédie Orphanet Grand Public, juin 2010
Stirnemann J, Belmatoug N. La maladie de Gaucher en France : prise en charge et état des lieux. Presse Med 2009
Morvan G et al. Si l’imagerie m’était contée. Centre de radiologie Paris, août 2010
Protocole National de Diagnostic et de Soins maladie de Gaucher, décembre 2015